Rechercher

ÉLUCUBRATION NOCTURNE

Je peux dire que, dans l’ensemble, mon enterrement s’est plutôt bien passé.


Pas de fausse note, la partition a été jouée parfaitement. Un tantinet religieux mais point trop. Une épouse suffisamment éplorée pour qu’on garde de moi l’image d’un bon mari. Une maitresse totalement effondrée pour qu’on m’imagine un amant hors pair. La mine défaite de mes amis laisse à penser que j’étais un compagnon de route des plus fidèles. Quelques anonymes ici et là suffisent pour qu’on m’imagine doté d’une certaine célébrité dépassant les limites de mon quartier.


Ma mère aurait été fière si elle n’avait pas été si triste. Même mes différents mariages, et Dieu sait combien je me suis marié, même mes mariages n’étaient pas si bien orchestrés. Ils m’ont pourtant couté bien plus cher. C’est d’ailleurs malheureux de payer si peu pour un enterrement et autant pour un mariage, alors que l'un est éternel, et l’autre ne dure que le temps d’une vie. Et nous en visons plusieurs

La météo a été clémente, il faisait beau, mais pas trop chaud. Une petite brise a rendu le travail des croques-morts moins pénible. Rien de plus mortel que de creuser en plein soleil. Et six pieds sous terre, ça fait profond, surtout à la pelle. Dans ces contrées, on ne rigole pas avec les délais, sitôt mort sitôt enterré. C’est même une des rares choses qui est faite rapidement par ici.


C’en est enfin fini, non sans difficulté, il faut le reconnaître, pour enterrer ce qui fait désormais parti du passé. La mort m’a joué plusieurs tours. Souvent je l’ai cru là, je pensais la tenir, et elle me glissait entre les mains. Plus insaisissable qu’une femme, moins constante qu’un banquier, aussi fiable qu’un ami, la mort est ce taxi qu’on ne trouve jamais les jours de pluies, et ce contrat d’assurance qui n’indemnise jamais. Autant dire que c’est la dernière personne à qui on peut faire confiance.

Finalement tout est bien qui fini bien, et cette naissance bien des années plus tôt, cette espèce d’erreur dans la précipitation entre l’ovule et le spermatozoïde vient enfin d’être réparée.


Remontons un peu le temps, pour comprendre comment j’en suis arrivé à ces obsèques dont je ne finis pas de me féliciter pour leur qualité. Beaucoup rêveraient d’avoir un si bel enterrement.



Découvrez le roman de Karim Guellaty sur Rencontre des Auteurs Francophones

https://www.rencontredesauteursfrancophones.com/product-page/heureux-comme-abdallah-en-france-karim-guellaty


126 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout