Rechercher

Alexandrina (La fille du soleil et de la lune) - Poème

Quand Dieu créa Alexandrie[1], il faisait des heures supplémentaires pour qu’elle soit un chef d’œuvre, une créature surhumaine, qu’elle soit capable de supporter le vent et les nuages.

Oh ! Alexandrie ! Si je m’éloigne de ta mer bleue

Oh ! Si je m’éloigne de ton eau argentée

Oh ! Si je m’éloigne de ton coucher du soleil


Je m’en vais loin très loin

Je m’en vais respirer à pleins poumons


Les écureuils font leur provision pour l’hiver en cachette


Seuls, sans soleil pour chauffer leur journée

Seuls, sans lune pour cacher leurs souffrances

Seuls, le monde est pour eux sans couleurs et sans tendresse

Seuls, ils sont abandonnés à leur détresse

Seuls, ils n’ont pas vu le sourire sur tes lèvres

Seuls, ils n’ont jamais entendu le chant des oiseaux

Seuls, ils n’ont pas le droit de rêver


I will survive, m’a-t-elle dit


Alexandrina, reine de beauté, modèle du nord, est réclamée par les amoureux

Tes vestiges[1] sont des diamants

Oh ! Si j’ai crié Alexandrina, tu es tombée de ton piédestal


Les barbares[1] ont envahi la cité


Des aigles et leurs aiglons ont la main mise sur la fille du soleil et de la lune


Oh ! Alexandrina ! Tu es immolée sur l’autel


Le soleil et la lune ont pris un rendez-vous pour s‘évader


I will survive, m’a-t-elle raconté


Le combat n’est pas terminé …


Oh ! Alexandrina ! Sur ta fenêtre, je regarde la mer, la fraîche brise pétrie de douleur, ensorcelée par

la voix d’un fantôme réfractaire


Oh ! La fille de la mer ! Je décline tes fêtes impériales, tu as choisi French Cancan, devenu Franche Coincoin

Oh ! La fille de la lune ! Le déclin arrive pour que la beauté meure à petit feu

Oh ! Alexandrina ! Le tribunal révolutionnaire est symbole d'abus et de tragédie

Oh ! Ville de beauté ! Ton exécution s’est décidée sur une table


I will survive, m’a-t-elle annoncé


C’est monsieur Veto, ennemi du peuple, porteur de messages qui font fuir les nobles

Oh ! La fille de la mer ! Je serai nomade pour contempler les traces du passé, ceux qui sont partis, forçats sans retour


Cette nature sauvage est nommée barbarie[2]

Oh ! La fille du soleil ! Ta voix alerte une fois, deux fois, trois fois, une population mal aimée


I will survive, m’a-t-elle chuchoté


Quand l’épaulard[1] visite tes plages, les lions de mer viennent se promener au calme


Oh Alexandrina ! Quelle merveille ! Ta beauté est une arme supplémentaire


Les mouettes chantent l’hiver de janvier à la Saint-Sylvestre

Tu as la puissance du soleil


I will survive, m’a-t-elle murmuré

Oh ! Si j’ai des vœux à faire, deux chaises à l’ombre du soleil pour écrire un poème

J’aime caresser les vagues avec mots et musique


Oh ! Ma ville Alexandrina ! Tu m’as ressuscitée avec tes âmes juives et chrétiennes

J’observe tes côtes tranquilles avec les souvenirs de jadis

Je contemple cette lumière dans la cité en lettres de feu

Les paroles s’envolent


I will survive, m’a-t-elle soufflé


Oh ! Si j’ai crié Alexandrina boulevard des Italiens, des Français, des Maltais, des Grecs

Oh ! Si tes jours sont de couleur bleu, blanc, rouge

Oh ! Si tes souvenirs des cœurs perdus revenaient doux et mélancoliques


Alors, une stupeur émerveillée dissiperait ma crainte, je vis dans la grandeur[2] de ton passé


I will survive, m'a-t-elle révélé


Oh ! Alexandrina ! Tu es une berceuse de tendresse


Ta lumière est une épée, la vérité, le murmure du silence pénétrant comme le prophète Élie

Je respire à la brise du soir le parfum de ton souffle


Ce parfum se dévoile dans le visage défiguré de ceux qu'on assassine sur un cri silencieux

Oh ! Alexandrina, ma bien-aimée m'appelle au secours


Il faut rêver ta prochaine vie !


Oh ! Alexandrina ! Tu as le cœur d'une vierge qui dit « Oui » à l'Archange Saint Michel[3]

Je suis un murmure amoureux

Je marchais sur la plage, pieds nus

Je te racontais des histoires de gens heureux du retour


I will survive, m'a-t-elle proclamé pour sa liberté


J'attendais ce moment depuis la nuit des temps pour guérir mes blessures

L'avantage d'être deux, entendre ton rire comme les vagues

Regarder le soleil qui s'en va en compagnie


Oh ! Alexandrina ! Tu es issue du soleil et du vent, délicatement accueillie dans les bras de Marc Antoine


Alexandrina, tu es Marianne de l'Orient


Oh ! Alexandrina ! Ton style est incrusté de grec à la française[4]


Maintenant, on peut s'installer et causer en langues de la Bibliotheca, le scribe va dicter un nouveau


monde, tu ressusciteras.


I will survive m'a-t-elle avoué


Tout va bien, tout ira très bien ! Chantonnait Alexandrina

Tu es la flamme d'un siècle de lumière férue de philosophie[5] et de littérature

Que la justice soit rendue !


Aphrodite s'est invitée au café « Triomphe », la vieille Europe pactise avec la déesse redécouvrant Mythes et légendes

L'été rassemble les joueurs d'échecs sur les terrasses avec les recettes exquises du safran

La nuit détient les secrets de l'amour interdit


La lumière tamisée accompagne les amourettes, la musique et les tremblements des danseuses aux paillettes sur les terrasses du « Café de Paris »

L'accordéon appelle l’expresso et la bière Stella au café Maltais


L'Orient et l'Occident donnent un rendez-vous, récital de multiples langues et gestes

Le garçon avec tenue de pêcheur chante et danse au service du chicha, Mazague[6] et des tarbouches

Effendis[7]


Le vin grec sucré ou amer accompagne des poissons flottant dans l’assiette

Les Alexandrins dansent et chantent en groupe pour que l'Égypte mémorise le chant de Sayed

Darwich[8]


La femme est la muse de Seïf Wanly[9] et Mahmoud Saïd[10], ils l'ont imaginée, judéo-chrétienne

comme l'étaient déjà les prophètes, les poètes, les rois de l'Alliance, gravée dans la pierre

Elle est née des entrailles maternelles d'un Dieu d'Amour


La nostalgie a brisé mes sentiments, héritage de mon enfance

Mon poème tremble du goût salé


Je suis malade sentimentale, en quête d’un remède pour mes souffrances chroniques

Martyre d'amour de la ville ensorcelée, je cherche un charlatan pour me guérir, protection civile

sans secours


I will survive, m'a-t-elle prononcé


Oh ! Alexandrina ! Ta vie entre vignes et cultures

Tu ne dors jamais comme une marmotte

Oh ! Alexandrina ! Tu es une vedette, ville d'amour et de la flamme[11]


La Saint Valentin célébrée au pays du charme et de la fantaisie

L'albatros chante des mélodies éternelles

Oh ! Alexandrina ! Je t'aime jusqu'à l'épuisement de mes pensées


J'attends une brise soufflant un soir d'été


Il m'a fallu juste un regard

Je suis fidèle tout comme un castor

Je m'en vais pour regarder la belle ville illuminée de ses lumières multicolores[12]

Préserve cet héritage, à léguer à tes enfants

Ce soir de Saint Valentin, tu es de toute beauté, ta beauté rayonne


Toi, Alexandrie, mon Alexandrina tu es porteuse de bonheur et d'amour sans fin

Je serai toujours de retour

Mes racines sont là depuis si longtemps


I will survive, m'a-t-elle murmuré


Oh ! La fille de la méditerranée ! Je remarque tes larmes

Oh ! Ces larmes servent à arriver là où les mots n'arrivent pas

Oh ! Avec les larmes, tu exprimes la joie, la douleur, la trahison, l’amour


Que la justice soit rendue !

Ton orgueil est reconnu parmi les belles villes

Tu as des ressources qui émerveillent le monde[13]

Oh ! Alexandrina ! Tu diffuses du bonheur, de l'amour et de la joie


I will survive, m'a-t-elle assuré


Tu souris quand tu voudrais crier, tu chantes quand tu voudrais pleurer

Cependant, tu as un défaut, c'est que tu oublies trop souvent que tu es une ville merveilleuse,

amoureuse.




Poète

Mona Gamal El Dine


Alexandrina, fille du soleil et de la lune

(Poème inédit)





[1] Mammifère marin à nageoire dorsale haute et pointue [2] Palais et parc d’Antoniadis (1818-1895) du nom de son commanditaire, Sir John Antoniadis, qui en 1860 a voulu une villa inspirée du château de Versailles. Il servait de résidence royale pour les hôtes du roi Fouad 1er d’Égypte. [3] Le Saint siège de l'Orthodoxie est situé à Alexandrie [4] Le palais de Ras El Tin, palais du Cap du Figue (1811-1847). Le pacha Méhémet Ali a souhaité réinstaller Alexandrie, ville majeure de l’Égypte. Les travaux sont conçus par l’architecte italien Romerio et décoré par des grecs. Style Renaissance-italien [5] Hypatie d'Alexandrie (Hypatia) est née entre 355 et 370 après Jésus-Christ et assassinée par des chrétiens en 415. Elle était excessivement belle et gracieuse. Hypatie est une philosophe néoplatonicienne, astronome et mathématicienne grecque d'Alexandrie. Femme de lettres et de sciences, elle était à la tête de l'école néoplatonicienne où elle enseignait la philosophie et l'astronomie et dans l'école de Platon et de Plotin. Pendant le siècle des Lumières, elle devient une icône du mouvement pour les droits des femmes et du féminisme. [6] Mazague Café servi dans une chope ou un verre à pied en porcelaine épaisse [7] Effendi titre turc honorifique donné à la personne qui porte un tarbouche rouge [8] Sayed Darwich est né le 17 mars 1892 à Alexandrie et décédé le 10 septembre 1923. Chanteur, compositeur a mis la musique sur l'hymne national égyptien Bilady … Bilady (Mon pays, bien aimé, ...) [9] Seïf Wanly est né le 31 mars 1906, décédé le 15 février 1979. Il œuvre avec son frère Adham artiste peintre lui aussi un atelier à Alexandrie en 1943, Ils ont une renommée mondiale [10] Mahmoud Saïd était un juge alexandrin et également artiste peintre. Il est né le 8 avril 1897 à Alexandrie et décédé le 8 avril 1964. Son père était d'origine turque et était l'ancien premier ministre égyptien. La reine Farida d'Égypte était sa nièce. Le musée Mahmoud Saïd est situé au quartier Gianaclis d'Alexandrie. L’artiste explore des autoportraits des femmes aux formes sensuelles (ci-joint dans le texte) [11] Palais et jardin Montaza (1892), 150 hectares d’espace, style néo-Renaissance. Il a été construit sur un plateau bas à l’est d’Alexandrie, surplombant une plage sur la Méditerranée. Il fut la résidence d’été du Khédive Abbas Hilmy. Le 22 juillet 1952, l’armée entoure le palais, le roi Farouq est contraint à l’exil. [12] Alexandrie a été fondée par Alexandre Le Grand en 331 avant J.-C, un des plus grands foyers culturels hellénistiques de la Méditerranée centré sur la Bibliotheca 700.000 volumes, qui fonda sa notoriété. Elle est considérée la plus grande ville du monde grec, la perle de la Méditerranée. À l'époque hellénistique, elle accueillait un phare qui fut classé parmi les sept merveilles du monde, et une impressionnante bibliothèque (la Bibliotheca Alexandrina) Alexandrie compte des sites emblématiques de l'époque gréco-romaine, des cafés anciens et plusieurs places. La Citadelle de Qaitbay, bâtie au XVe siècle. Les ruines antiques et la nouvelle bibliothèque ont été inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco. [13] Hypatie, brillante mathématicienne et philosophe néoplatonicienne est tuée en 415 par des chrétiens fanatiques Constantin Cavafy ou Cavafis, connu aussi comme Konstantinos Petrou Kavafis, ou Kavaphes, est le poète Alexandrin grec est né à Alexandrie le 2 avril 1863 et mort le 29 avril 1933 (Royaume d'Égypte) Alexandrie vit naître le plus grand poète grec contemporain. Il mourra sans avoir publié de son vivant que des feuilles volantes qu'il distribuait gracieusement dans les quartiers où vivait l'importante colonie grecque. Deux ans après sa mort paraîtront cent cinquante-quatre poèmes posthumes ce que l'on appellera l’œuvre canonique du poète grec. Il occupera toute sa vie un poste au Ministère de l'Irrigation d'Alexandrie. La résidence du poète est transformée en musée Cavafy. Marguerite Yourcenar présente Cavafy comme le Mallarmé grec. Lawrence Durrell est né le 27 février 1912 à Jalandhar dans les Indes britanniques et mort le 7 novembre 1990 à Sommières en France. Écrivain, voyageur, romancier britannique Durrell déménage à Alexandrie en 1942. Il devient attaché de Presse pour le British Information Office. Il rencontre Eve Cohen, une juive d'Alexandrie qui deviendra son modèle pour le personnage de Justine dans le roman, premier tome du cycle romanesque « Le Quatuor d'Alexandrie » Durrell l'épouse en 1947. Ils auront une fille, Sapho Jane en 1951. Il compte parmi les plus grands écrivains anglais du XXe siècle.

[1] Le vendredi 16 mai 1320 pendant le règne du sultan El Nasser Ben Qualaon (1309-1340) beaucoup d’églises ont été brûlées à Alexandrie, suivies d’assassinats de beaucoup de Coptes : brûler leurs maisons, voler leurs biens, violer leurs femmes … À cette époque, le sultan El Haguib a appelé le djihad contre les Coptes pour les tuer. Il a imposé la tenue de couleur bleue pour les Coptes, leur a interdit de monter sur un cheval et les a contraints à d’autres conditions injustes ... [2] En 1956, Nasser a nationalisé le Canal de Suez, ce qui entraîna une intervention militaire d’Israël, de la Grande-Bretagne et de la France. Nasser a profité de l’occasion pour renvoyer les Juifs d’Égypte après avoir confisqué leurs biens. Ils ont été victimes de tortures en prison





[1] La colonne de Dioclétien (colonne de Pompée), connue par Amoud el-sawari est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

[1] Alexandrie fondée en 331 av.J.-C., devient l’un des pôles de la Méditerranée. Après la victoire de Rome sur Cléopâtre (30 av. J.-C.), la ville resta un grand port et un centre intellectuel très important pour le Christianisme antique. Au moment de la conquête arabe (639), le pays semblait sur le déclin. Surface 267900 ha = 2679 km²

228 vues1 commentaire