Rechercher

DES BIBLIOTHÈQUES POUR TOUS PARTOUT !

L'auteure française de San Francisco nous emmène en balade ce vendredi...à la rencontre des bibliothèques de rues.



À l’heure du tout numérique, alors que des millions de pages tiennent aujourd’hui dans des écrans tactiles riquiqui, j’ai découvert dans les rues de Berkeley des bibliothèques artisanales installées dans les jardins, dans les parcs ou sur les trottoirs. L’idée : partager des livres en les disposant dans de petites maisons réalisées à dessein et ouvertes aux passants. Une formule simple et créative pour connecter avec sa communauté, rencontrer des voisins, bavarder avec des inconnus ou s’investir dans une action bénévole utile. Car offrir de la lecture à tous, sans aucune distinction, c’est une belle invitation au voyage et à la découverte. C’est offrir la possibilité d’accéder facilement à la culture et c’est la chance de pouvoir toucher et feuilleter un livre déposé sur son chemin. Ces bibliothèques de rue sortent parfois tout droit du cerveau de leurs propriétaires ou sont parfois affiliées à un ensemble plus large : les Little Free Libraries (petites bibliothèques gratuites), de leur nom officiel. Dans la baie de San Francisco, ces dernières ont fait plein de petits et elles poussent comme des champignons !

Tout a commencé en 2009, quand Todd H. Bol, un habitant du Wisconsin (Nord des États-Unis) a imaginé une première « boîte à histoires » en hommage à sa mère, enseignante qui adorait lire. Il a bricolé une bibliothèque en forme d’école, l’a remplie d’ouvrages et l’a posée devant chez lui. Une initiative qui a séduit immédiatement son voisinage. Plusieurs personnes lui ont ainsi demandé dans la foulée des petits placards à histoires pour les planter dans les rues alentour. Après avoir fabriqué et donné une trentaine de mini-bibliothèques, Todd Bol a structuré son projet et a fait du concept une véritable entreprise. Avec une devise : « take a book, return a book » ( « prenez un livre, ramenez-en un »), affichée parfois clairement, parfois pas du tout. Bien sûr, personne ne viendra vous punir si vous ne remettez pas un bouquin à la place d’un autre mais autant jouer le jeu quand on le peut et participer dans les règles de l’art !




Aujourd’hui, le mouvement a pris de l’ampleur et les petites boîtes se sont multipliées. Plus de 50 000 little libraries se répartissent dans 70 pays et l’organisation en vise 100 000 d’ici la fin de l’année. Du côté de Berkeley, il y a en de plus en plus et chacune est unique ! S’il est possible d’acheter des modèles tout faits en ligne, la grande majorité des propriétaires les bricolent. Inventivité et diversité font donc loi : couleurs accordées aux maisons, designs farfelus, matériaux de récup’, décorations surprenantes, petits mots doux sur carnets à l’intérieur et personnalisations en tout genre. J’ai même découvert dans une rue voisine une variante dont la spécialité est la musique avec disques et cassettes audio d’un autre temps. Magique ! J’apprécie toujours rencontrer ces libraries sur ma route. Je laisse toujours ma curiosité les ouvrir. J’ai d’ailleurs emporté Harry Potter et des guides d’escapades locales ces dernières semaines. Et j’envisage de me lancer dans l’aventure avec une « little french Library ». Partage et échange, culture et créativité, évasion et voyage sont à portée de main avec cette idée, à nous de la faire grandir !




Article paru initialement sur le blog de Charlotte Attry, Beyond the Bridge.


Retrouvez l'interview de Charlotte Attry, en direct jeudi 4 février sur Rencontre des Auteurs Francophones

https://www.facebook.com/events/1103036463460840


Les livres de Charlotte sont disponibles sur la plateforme. Pour les commander aux USA :

https://www.rencontredesauteursfrancophones.com/search-results/q-charlotte%20attry


41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout