Rechercher

Didier Kimmel, des coulisses du théâtre aux pages du roman

À lire dans les colonnes du Le Petit Journal New York, l'article consacré cette semaine à l'auteur français, Didier Kimmel.


Kimmel ? Comme le célèbre animateur du Jimmy Kimmel Live ? Didier l’a découvert un peu par hasard et même s’il n’a réussi à établir un quelconque lien familial, il se dit avec fierté que ce Kimmel là doit faire partie de la même lignée que lui. De Versailles à New York… Quelle destinée !


Car la vie de Didier a un je-ne-sais-quoi de très romanesque. Didier a été élevé dans un théâtre, le Théâtre de Montansier d’où il voyait, enfant, le parc du château de Versailles. Jeune, il assiste aux représentations et évolue parmi les costumes d’époque. Il s’initie ainsi à la beauté du théâtre classique et plus tard, aux pièces contemporaines. Il est attiré par les mots, la musique du langage et il a l’intuition qu’il s’en servira un jour. Friand de citations depuis son jeune âge, il devient journaliste pigiste avant de faire une carrière d’ingénieur qui l’éloigne des mots. Jusqu’à cette année 2021.

Un premier roman d’amour et de passion


« Les roses bleues, si aimer pouvait se conjuguer au pluriel », cette histoire d’amour qui nous est révélée après le décès de son héroïne est pleine de sentiments forts, de cet amour unique d’une vie. D’un amour que le fils ne découvre qu’en lisant ce récit, caché durant toutes ces années, comme un secret de famille qui n’appartenait qu’aux amoureux malheureux. De rebondissement en rebondissements, on suit avec passion cette histoire d’amour attachante.

En fait, l’auteur pourrait être une femme tant la sensibilité et le récit sentimental appartiennent habituellement à des plumes féminines. Je ne sais si cela a encore un sens d’écrire ceci en 2022 et si je ne vais recevoir les foudres de quelques lecteurs mécontents, mais l’auteur lui-même m’a confié que c’était une remarque récurrente de ses lecteurs. D’ailleurs, la grande majorité de ceux qui se sont plongés dans ce premier roman sont des femmes. Quant aux hommes qui ont abordé Didier, certains se sont reconnus dans cette histoire d’amour compliquée, parfois avec le regret d’avoir aussi pris les mauvaises décisions ou le mauvais tournant.

Il y a une très grande sensibilité dans l’écriture de Didier Kimmel. « Je voulais écrire un roman qui permette la détente et l’évasion et le livre sentimental convient à mes inspirations » déclare Didier, qui n’avait envie ni d’hémoglobine ni d’histoires macabres. Comme beaucoup d’écrivains, Didier avoue qu’il y a un peu de lui dans ce roman mais beaucoup de fiction. Pour lui, un livre est une recette de cuisine, et « Les roses bleues, si aimer pouvait se conjuguer au pluriel » a été conçu avec une grosse pincée de ce qu’est Didier Kimmel, un romantique et un sentimental depuis toujours.



L’Amérique au cœur depuis longtemps


Les Américains, il les connaît et les apprécie depuis longtemps. Lui, le Versaillais qui a vu la restauration du château et du parc de Versailles financés, en partie, par les donateurs d’outre-Atlantique. Il sait que ce joyau qu’il a la chance d’admirer au quotidien depuis des décennies doit sa perfection à ces francophiles, amoureux du patrimoine national.

Dans son roman, ses personnages se promènent aux États-Unis, d’Ellis Island à San Francisco. L’Amérique a d’abord été un rêve d’adolescent pour Didier Kimmel, puis il a eu la chance de s’y rendre très fréquemment. Il a arpenté la côte Est comme la côte Ouest, mais a également visité des territoires moins touristiques comme l’Arkansas.

Si la Statue de la Liberté est chère à ses deux personnages, c’est parce qu’elle a été pour lui une rencontre émouvante et reste le symbole mondial de la liberté et de l’amitié franco-américaine. Il évoque alors une réplique bordelaise de Lady Liberty, déboulonnée et fondue par les Allemands pendant la guerre. Preuve de la force du message de liberté de cette grande dame qui veille sur le port de New York inlassablement. Il a passé du temps à Ellis Island, découvrant les histoires personnelles de ces émigrés et en tapant son nom, il a appris combien avaient été nombreux les KIMMEL qui avaient débarqués il y a fort longtemps sur cette terre d’espoir d’un monde meilleur. Il aime à citer l’amiral Husband Edward Kimmel, qui commandait les troupes du Pacifique pendant l’attaque de Pearl Harbour. Cela fait quand même beaucoup de stars KIMMEL sur le continent américain.

San Francisco est très présente aussi dans ce roman. Didier Kimmel a été bluffé par cette ville où les échanges sociaux et les relations humaines ont été souvent en avance par rapport au reste du monde. Une belle ville qui dénote un art de vivre particulier qui l’a toujours frappé.

Des abords du parc de Versailles aux rives de l’Amérique


Aujourd’hui, le roman de Didier Kimmel est disponible sur l’ensemble des États-Unis et s’est envolé dès sa mise en vente pour New York ! Quand Didier Kimmel a découvert la plateforme Rencontre des Auteurs Francophones, il était évident pour lui que son attirance pour les États-Unis devait l’emmener sur les étagères de la plateforme puis dans les foyers francophones du pays. Écrire un roman a été un vrai challenge pour cet ingénieur fou des mots, alors traverser l’Atlantique fut le second qu’il a relevé avec brio !

L’aventure américaine ne s’arrête pas là. Il fera partie de la sélection des auteurs présents au second Festival des Auteurs Francophones, au National Arts Club, le 22 novembre prochain. Il a déjà prévu d’embarquer son épouse dans cette aventure littéraire qu’il savoure par avance !

En attendant, Didier Kimmel écrit etprépare une suite qui associera intimement facettes historique et contemporaine pour éclairer les mystères de la vie et de l’amour... À suivre !

Le roman de Didier Kimmel « Les roses bleues, si aimer pouvait se conjuguer au pluriel » est disponible sur Rencontre des Auteurs Francophones


L'article est paru dans l'édition du 17 mars 2022

https://lepetitjournal.com/new-york/didier-kimmel-des-coulisses-du-theatre-aux-pages-du-roman-333767


136 vues0 commentaire