Rechercher

L'ODEUR CARAMEL À LA VANILLE DE SA PEAU

Mis à jour : janv. 18

L'auteure Française de la côte Ouest américaine, nous livre un témoignage bouleversant. Retrouvez-là dans l'émission du 20 janvier 2020.




C’est une première. La première fois que je raconte notre histoire de parents abîmés derrière un micro. Et celle de notre premier enfant Paul, décédé six petits jours après neuf longs mois d’attente...

C’est la première fois que je livre un morceau si intime via un podcast. Et que je me délivre d’une charge émotionnelle aussi intense.

Que je partage avec qui voudra bien prendre le temps de les entendre, le choc, la douleur, la peur, l’espoir et la reconstruction après l’insoutenable.

C’est l’histoire d’une vie qui s’écrit dans la mort. Ou l’inverse peut-être. Car après le décès d’un enfant, il y a la renaissance de ses parents. De soi. Il y a la résilience.

Pourquoi j’en parle ? Parce que j’aurais aimé me sentir moins seule à l’époque. Moins isolée, moins enfermée dans le tabou, dans la souffrance et la culpabilité. Je le fais pour informer et donner de l’espoir aux parents qui traversent le deuil d’un nouveau-né. Pour leur dire aussi de s’accrocher, de ne pas se laisser sombrer.

Mon couple a vacillé, mes proches ont tangué. J’ai chaviré. Mais amputée que je suis, fragile que je reste, j’ai trouvé une force insoupçonnée. Retrouvé la joie, le rire, l’envie. Mon couple s’est soudé à jamais. Pour le meilleur et pour le pire !

Je suis aujourd’hui maman de deux autres enfants que je chéris du plus profond de mon être. J’ai choisi de dire oui à la vie et même si ce n’est pas facile tous les jours, je veux montrer que c’est possible. Que le périple peut trouver du sens. Grâce à l’amour, l’amitié et la bienveillance de l’entourage.

Je suis très touchée par les retours reçus suite à mon témoignage. Certains ont salué le courage d’en parler publiquement, d’autres m’ont écrit des déclarations intenses ou encore raconté des histoires humaines vécues dans le silence… Je les remercie infiniment pour leur douceur et leur confiance.

Si les mots posés sur les maux soulagent un tant soit peu, réveillent une lueur d’espoir, encouragent ou font naître un rayon de lumière dans le noir, alors ma mission d’auteure prend toute sa valeur. Et je découvre que la force des mots prononcés à l’oral a un impact singulier. N’hésitez pas à les partager, tant que ça fait du bien là où ça fait mal...

Quelques mercis particuliers : à Laetitia Giovanni du podcast @derrierelessourires_podcast pour cette expérience unique. Pour son respect, sa pudeur, son travail d’orfèvre et son invitation à m’exprimer. À Sandrine Mehrez Kukurudz pour son choix de publier ce texte dans la communauté des auteurs francophones. À mon tendre époux, encore à mes côtés. À vous, lecteurs attentionnés.

Et bien sûr, merci à mon étoile qui vit en moi... L’amour est toujours là. Et il brillera sur les pages d’un roman un jour. Quand je serai prête.

D’ici là, le lien du podcast se trouve :

Charlotte Attry

Auteure de « Ménopause, début d’une nouvelle vie », Collection « Toi et Moi, on s’explique » (Bamboo) https://www.rencontredesauteursfrancophones.com/product-page/la-menopause-toi-et-moi-on-s-explique-charlotte-attry

Auteure de « Pacita, the Pacifier Fairy » (Big Kid Chronicles)

https://www.rencontredesauteursfrancophones.com/product-page/pacita-the-pacifier-fairy-charlotte-attry

Auteure du blog Beyondthebridge.fr


231 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout