top of page
Rechercher

Ma mère, poème par Meziane Mahmoudia (Kabylie)

En cette journée mondiale de la poésie

Elle s’en alla joyeuse sans porter nul regret

Qui pèserait sur son cœur et sur sa conscience

Le village entier à son vécu repense

Heureux de l’avoir eu et triste de son retrait


Elle s’en alla rieuse terrant tout son secret

Dans un coin de l’oubli du placard de l’absence

En s’enfermant, sa tombe réduisit au silence,

Et sa vie précédente et sa mémoire d’après.


A chaque ombre du soir après le crépuscule

Je vois comme son éther qui meut et s’articule

Parmi des êtres ailés dans leurs airs de fête


Distraite mais heureuse, daigna me faire savoir

Quoi qu’ici-bas je vis n’en faisant qu’à ma tète

De m’en réjouir surtout qu’on m’attende quelque part.

362 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page