top of page
Rechercher

Roméo « Le crabe » - Marie-Claire Dehaene

Ce n’est pas si simple, et au moment où j’écris cette phrase : comment le crabe prénommé Roméo est entré dans ma vie ? Celui que je n’attendais pas et qui s’est invité sans prévenir, sans me le demander, celui que j’ai dû combattre et vaincre coûte que coûte, le crabe, ce voleur de secondes, jour après jour.

J’étais squattée par un intrus, un terroriste, j’ai décidé de lui donner un prénom qui fut vite trouvé « Roméo ». Pourquoi ce prénom ? Déjà je le trouve beau et ensoleillé comme l’Italie. En plus ses traits de caractère me correspondent. Exigeants, les Roméo obtiennent toujours ce qu'ils désirent. Très ambitieux, ils ont également le sens des réalités. Ils se fixent des objectifs qu'ils savent pouvoir réaliser un jour ou l'autre.

L’annonce de la maladie, tombée comme un couperet, m’a anéantie. Ma vision du monde n’était plus la même. Le ciel était moins bleu, ma joie de vivre se consumait, me quittait. L’air devenait irrespirable. L’incompréhension me submergeait. J’étais comme projetée vers un avenir terrifiant. La peur, le doute s’installait, me dévastait.

La souffrance de mes proches m’attristait. Puis, du fond de mon désespoir, mon énergie vitale venait peu à peu, apporter un reflet de lumière dans mon chaos. Il faut savoir regarder la maladie en face, prendre conscience de toutes les ressources que nous avons en nous. Savoir se libérer du stress et des émotions négatives qui nous éloignent de la sérénité.

C’est alors qu'au plus profond de notre être, dans un élan salvateur, nous ne laissons plus aucune chance au doute, et mettons en place naturellement, le processus d’auto guérison. Nous ne combattons pas la maladie, nous sollicitons la guérison.

Il y a des jours compliqués, mais alternés avec d’autres qui nous inondent d’espoir.


En 2009, j’ai vécu le cancer du sein de ma petite sœur en tant que spectatrice. Elle a été très courageuse, submergée par ce tsunami, elle a f