top of page
Rechercher

Poème par Nataneli



À l’heure où les Montagnes se teintent de blanc,

Rappelant aux mémoires perdues l’heure du chant,

Sonne l’aube et son jour, au clocher du Vigan.


Et comme s’écoule ainsi la vie, en nos veines,

Ce vif cantique, cantate carthagéne,

À insuffler sa grâce aux flancs verts des Cévennes .


Au bruit de voix sages, d’anciens démocrates,

Où l’azur, agathe, y miroite ses strates,

S’élève en chorale, l’éther qui éclate.


Son refrain s’avance sur cet air qui déchaîne

Le passé, ses ritournelles et leur rengaine,

En écho de rires d’enfants sur les plaines.


On entend encore, les cris de révolte.