top of page
Rechercher

JEUDI VAGUE - LE JEU DE L'OIE DE IKEA

Ce nouveau "rendez-vous du jeudi", proposé par l'auteur français de New York Emmanuel Normant, permet aux lecteurs de porter un regard différent sur la ville. Cette semaine, petite chronique du mois d'août dernier.

Boqueria est un petit espagnol à Soho, sur Spring street avec un jamón Serrano très décent, et puis aussi les pimientos de padron et les gambas al ajillo. Je profite, en ces moments incertains où la bête sournoise rôde encore, je profite très égoïstement de mon New York sans touristes. Ça fait un peu vide, ce n’est pas tout à fait New York, mais j’aime déambuler, autochtone nonchalant, dans ce qui est devenu, ici et là, un petit village qui somnole dans la chaleur de l’été. Je crois d’ailleurs que les parisiens, les londoniens ou les romains font pareil. Le Moma et le Met rouvrent bientôt, rien que pour moi. Et ben ouais, t’avais qu’à habiter à New York avant la covid.


Ces petits plaisirs me font oublier un temps la furie de l’élection qui s’approche, tempête automnale récurrente de la vie politique américaine. La présence d’un président tout à fait anormal, pour dire les choses gentiment, rend les conditions de vote, déjà pas mal merdiques, carrément kafkaïennes. Puisque le monstre orange dévisse dans les sondages, il balance tout par-dessus bord, il va essayer de fermer les PTT pour empêcher le vote par correspondance, qui selon lui devrait le défavoriser. Il a voulu reporter le vote, même les sénateurs républicains ont crié au scandale, ça va finir avec l’armée à la maison blanche, ils vont le piquer, en douce. Sans rire. Biden ne dit rien, c’est sa meilleure arme. A moins que sa meilleure arme ne soit une vice-présidente jamaïcaino-indienne, mariée à un juif, qui donnerait enfin un peu de lustre à l’image d’une Amérique qui en a bien besoin. A propos de vice-présidence, tout le monde, enfin le New-York Times surtout, attend avec impatience le débat des vice-présidents, le 7 octobre, Kamala Harris, donc, ex-procureure de Californie, oratrice douée et logographe pugnace, et Mike Pence, ex-gouverneur de l’Iowa, buté et mutique, le symbole de l’Amérique d’avant, monochrome, les cheveux aussi sont blancs, ultra-conservatrice, qui demande à maman la permission de déjeuner seul avec une femme. En général, elle dit non.


J’en était là quand on a eu notre épisode caniculaire annuel, notre heat wave, définie de par chez moi, très scientifiquement, par trois jours consécutifs au-dessus de 90F. 30C, ce serait supportable, sans toute cette eau qu’ils mettent dedans. Et en haut de ma tour le soleil tape, on se croirait à Ouarzazate. Un Ouarzazate qu’un dieu irascible assommerait de colères divines, dont l’origine reste assez peu claire à mes yeux, colères bruyantes chargées d’éclairs qui zèbrent la nuit, jusqu’au fond de mes draps. On n’avait pas dit qu’on mettrait des r