top of page
Rechercher

NEFERHER, FILS DE NEITH - extrait par Jean-Jacques Zeis

Égypte, 571 avant JC.

Le pharaon Amasis vient de monter sur le trône tandis que l’Égypte s'ouvre au monde grec.

Abandonné à sa naissance devant le temple de la déesse Neith à Saïs, capitale du royaume, Neferher est recueilli par le Grand-Prêtre Hérihor et connaîtra un destin lumineux mais deux ombres demeureront, le tourmentant jour après jour.

Pourquoi et par qui a-t-il été abandonné ?

Pourquoi, alors qu'il connaîtra l'amour en la personne de la belle Bérénice, celle-ci disparaîtra-t-elle sans donner signe de vie ?

Neferher n'aura de cesse de résoudre ces deux énigmes qui hantent son esprit jusqu'à l'obsession. La déesse Neith sera sa principale confidente mais d'autres personnages l'accompagneront dans sa quête.

(EXTRAIT)

" Chaque fois qu’il en avait l’occasion, le jeune homme venait honorer Neith, celle qu’il considérait non seulement comme la Mère Créatrice de l’Univers, mais également et surtout comme sa propre mère, celle qui avait veillé sur lui depuis le jour où Hérihor l’avait trouvé, abandonné devant le temple.

C’était là, dans ce lieu de prière entre le monde des vivants et celui de la déesse, qu’il aimait se recueillir et confier à la divinité ses joies et ses tourments, comme un fils l’aurait fait auprès d’une mère.

Neferher s’avança dans la pénombre de l’immense salle faiblement éclairée par deux ouvertures transversales qui filtraient les rayons du soleil ; la statue de la divinité trônait en son centre sur son piédestal de marbre blanc et ses yeux d’émeraude étincelaient à la lueur des deux lampes d’albâtre qui brûlaient à ses pieds.

Le jeune homme détacha un petit sac de lin blanc qui pendait à sa ceinture ; il en sortit une poignée d’encens qu’il versa dans un cratère en or mis à la disposition des officiants et des pèlerins, dans lequel se consumait l’offrande du visiteur qui l’avait précédé.