Dans chaque ville, il existe ces quartiers éloignés du centre où les rues ne sont pas encore goudronnées, où le ruisseau sert de dépotoir. C’est là-bas « Derrière les ponts ». Il n’y a rien à voir. Mais tout est à vivre. Car l’enfance fait feu de tout bois pour construire l’imaginaire.

Dès lors, il s’agit moins de raconter que de rapporter diverses expériences. Retour en forme de quête sur les menus événements, les sensations, les émotions, les émerveillements, les interrogations, bref sur tout ce qui fait peu à peu le devenir d'un individu. En conséquence la chronologie y est moins importante que les repères spatiaux, que les différents lieux où cet apprentissage de la vie s'effectue.

 

De la période la plus lointaine, celle de la toute petite enfance, avec son noyau territorial : l'école, la maison, jusqu'à l'entrée dans l'adolescence avec ses découvertes de l'amour platonique et de la sensualité de l'été, en passant par les servitudes qu'impose l'économie domestique en ses lieux favoris (cuisine, cave, réserve alimentaire, W-C, etc.) ou encore par ces espaces de liberté que sont les zones inventées pour le jeu, tous les jeux, Derrière les ponts explore, dans une langue riche de moments éclatants, l’ordinaire des jours, les émois  du sexe et du cœur, tente de retrouver, non pas le temps perdu, mais ce qui faisait sens à travers ce vécu, ce qui, dans le silence de l'expérience intime, était en train de s'élaborer peu à peu.

 

 

L'AUTEUR

 

Après avoir enseigné le cinéma et l’audiovisuel à l’Université Lumière-Lyon2 et avoir publié une dizaine d’essais et d’ouvrages spécialisés dans ce domaine (notamment « L’Espace au cinéma » qui vient de reparaître vingt-cinq ans après sa première édition), André Gardies s’est consacré à la littérature de fiction. Son premier récit à caractère autobiographique : Derrière les ponts, a été réédité aux éditions du Mont en 2018.

Il a publié une dizaine de  romans et de récits, dont Les Années de cendres, Le Monde de Juliette ( chez Lucien Souny), La Baraque du Cheval noir (éditions de la Différence) ou encore Le Vieux Cévenol et l’enfant  (aux éditions du Rouergue). Cet ouvrage a été couronné par le prix Lucien Gachon en 2014.

 

Plus récemment, il a publié aux éditions Chum, Les Lys blancs de Clara, aux éditions du Mont, avec Jacques Mauduy, Je t’écris du Gévaudan, ma Lozère.et aux éditions TDO, Blanche, châtelaine du Gévaudan.

DERRIÈRE LES PONTS - ANDRÉ GARDIES

$18.00Prix